#ElCLubDeLosCinco en Julio.

 Este mes llego por los pelos a crear la entrada del club pero no podía faltar y si hay que hacer un esfuerzo se hace y punto. Vamos al lío con las recomendaciones para este verano porque en Agosto no hay club ya que cierro el blog por vacaciones…

Read more

#ElCLubDeLosCinco en Julio.

 Este mes llego por los pelos a crear la entrada del club pero no podía faltar y si hay que hacer un esfuerzo se hace y punto. Vamos al lío con las recomendaciones para este verano porque en Agosto no hay club ya que cierro el blog por vacaciones…

Read more

Rafael Hernando : l’homme que nous ne devrions pas être

À chaque fois que dans des journées de débats surgit l’interrogation « que signifient les “nouvelles masculinités” ? » — un terme que je rejette car il est de ceux qui ne dépassent pas le politiquement correct et qui, dans ce cas précis, fait même le jeu du patriarcat —, il m’est très difficile de préciser en quoi consiste le fait d’être un homme « nouveau ». Il est en revanche beaucoup plus facile, comme dans tant d’autres débats complexes, de spécifier ce qui en tous cas ne devrait pas faire partie d’une nouvelle compréhension de la virilité, enfin délestée des fardeaux machistes et disposée à emprunter des voies qui permettront d’atteindre l’égalité entre les femmes et les hommes. Dans ce sens, il est très didactique d’utiliser des référents de la vie publique pour signaler ce que justement ne devrait pas être un homme du XXIe siècle. Ce territoire, celui de la vie publique, est encore aujourd’hui presque entièrement peuplé d’individus qui portent confortablement le costume de la « masculinité hégémonique » et qui, logiquement, sont ravis d’être la partie privilégiée du contrat entre femmes et hommes.
On peut extraire deux conséquences positives du débat qui a eu lieu au Congrès des députés il y a quelques jours dans le cadre de la motion de censure présentée par Unidos Podemos contre le gouvernement de Mariano Rajoy (Parti Populaire — PP). La première, c’est de confirmer à quel point le Parlement a besoin de voix catégoriquement féministes comme celle d’Irene Montero (1). La seconde, c’est le magnifique exemple qu’une fois de plus nous a offert le porte-parole du groupe parlementaire du PP, Rafael Hernando, à propos du type de mâle qui ne devrait pas appartenir à la vie publique et qu’aucun jeune ne devrait essayer d’imiter. Comme c’est habituel chez lui, et comme je suppose que c’est ce qu’attend le public qui l’applaudit et partage son insolence misogyne, Hernando a démontré un des axes essentiels de la subjectivité masculine dominante. Il s’agit du mépris des femmes, de la négation de leur individualité et de leur autorité, ainsi que la nécessité de les rabaisser pour que nous puissions, en tant qu’hommes, nous voir deux fois plus grands que notre taille naturelle, comportement que Virginia Woolf avait déjà dévoilé avec son illustre lucidité. Et j’imagine qu’elle ne fait pas partie des livres de chevet d’Hernando et de sa fratrie d’égaux.
Les commentaires du porte-parole du PP (2) — et ne parlons pas des justifications postérieures faites par lui-même et quelques membres (hommes et femmes) de son parti — mettent en relief un des plus grands obstacles que les femmes doivent encore surmonter pour exercer leur statut de citoyennes dans les mêmes conditions que les hommes. Je fais référence non seulement à comment nous, les hommes, continuons pratiquement à monopoliser les tribunes, mais aussi à comment, depuis ces mêmes espaces, où nous agissons en tant que représentants de toutes et de tous, nous avons l’habitude de dévaluer les contributions de nos camarades femmes. Nous nions leur valeur et nous contribuons finalement à perpétuer l’idée que les femmes sont uniquement des êtres qui vivent par et pour les autres, et que donc si elles sont en politique, c’est qu’il y a des hommes qui le permettent et qu’elles doivent toujours, bien entendu, rester dans une position subalterne. De cette façon, et alors que pour les hommes les liens affectifs ou sexuels n’ont jamais été un argument qui sape notre autorité — au contraire, ça peut même être un facteur supplémentaire de reconnaissance entre égaux —, pour les femmes leurs relations personnelles et familiales jouent en leur défaveur et elles sont brandies par l’adversaire comme argument de poids pour discréditer leur action politique.
Rafael Hernando, non seulement à cause du fond mais aussi à cause de la forme de ses propos, est le meilleur exemple d’un modèle de virilité que nous devrions dépasser si nous voulons effectivement construire une société où le système sexe/genre cesse d’établir des hiérarchies entre nous et elles. Il nous faut changer si nous désirons réellement que les valeurs éthiques qui imprègnent notre démocratie aient à voir, comme le féminisme nous l’apprend, avec la reconnaissance de notre fragilité et donc de notre interdépendance, avec la nécessité d’établir des ponts entre personnes différentes, et avec l’acceptation du fait que la vie publique et la vie privée ne sont pas opposées mais plutôt nécessairement complémentaires. Il nous faut un modèle pluriel de virilité qui abandonne l’omnipotence de celui qui se sait être un sujet privilégié, un modèle qui puisse reconnaître les femmes comme la moitié égale sans laquelle le pacte démocratique ne mérite pas ce nom. Cela passe nécessairement par le rejet de notre situation de confort, par le dépassement de l’idée que nos désirs peuvent se convertir en droits, et par la reconnaissance de l’autorité égale de nos camarades femmes qui doivent encore justifier leurs mérites deux fois plus que les hommes, et qui se voient habituellement refuser la considération et la compétence qu’avec tant de facilité on applaudit chez des mâles souvent médiocres.
De qué sirven vuestros minutos de silencio contra al violencia d género si luego en la tribuna os comportáis como unos machistas?#asco
— Leticia Dolera (@LeticiaDolera) 14 juin 2017
(Traduction : À quoi servent vos minutes de silence contre la violence de genre si après à la tribune vous agissez comme des machistes ? #dégoût)
En résonance avec le tweet pertinent que mon admirée Leticia Dolera a fait circuler après avoir écouté Hernando, s’il y a bien quelque chose que nous a démontré l’infructueuse motion de censure de Podemos, c’est que l’Espagne n’a pas tant besoin d’un pacte contre la violence de genre (3) que d’un pacte contre le machisme. Cela passe nécessairement par la perte d’influence dans la vie publique de ceux qui n’ont pas l’air disposés à quitter la tribune de leur virilité, et aussi par un militantisme actif de notre part, les sujets privilégiés, pour renoncer à nos bénéfices et dénoncer férocement tous les comportements et attitudes qui nous marquent comme des mâles habitués à l’exercice de la violence. Une violence qui se traduit non seulement par ce que nous identifions habituellement strictement comme violence de genre, selon la Loi Intégrale contre la violence de genre, mais qui se manifeste aussi dans nos multiples formes d’humiliation et de mépris des femmes.

Octavio Salazar Benítez est un proféministe espagnol, professeur de Droit constitutionnel à l’Université de Cordoue. Vous pouvez consulter son blog ici : http://lashoras-octavio.blogspot.com.es/
Traduction : TRADFEM
(1) NdT : Irene Montero est députée de Podemos et porte-parole du groupe parlementaire Unidos Podemos. C’est également la compagne de Pablo Iglesias, secrétaire général de Podemos et député du même parti.
(2) NdT : Pendant la deuxième journée de débats sur la motion de censure, Hernando, s’adressant à Iglesias, a dit la phrase suivante : « Il y en a qui disent que (hier dans le débat) madame Montero a été meilleure que vous, mais moi je ne vais pas dire ça parce que sinon, je ne sais pas quel impact ça va avoir sur votre relation. » Suite à cette déclaration, de nombreux députés du groupe Unidos Podemos ont exprimé leur indignation face à ce commentaire machiste. Hernando a fini par s’excuser — en ne s’adressant qu’à Iglesias alors que Montero était aussi présente — de la manière suivante : « Si vous êtes fâché et vous sentez offensé à cause de mes paroles, je vous demande pardon. Moi je parlais d’une relation simplement politique. J’ai beaucoup d’estime pour votre porte-parole. Je crois que c’est une bonne porte-parole et je crois qu’elle a encore beaucoup de choses à faire dans cette Chambre. »
(3) NdT : Le pacte contre la violence de genre a été concrétisé par l’adoption de la « Loi Intégrale contre la violence de genre », votée fin 2004 en Espagne. Le texte de loi est disponible ici : http://noticias.juridicas.com/base_datos/Admin/lo1-2004.tp.html.

PUBLICADO EN TRADFEM:
https://tradfem.wordpress.com/2017/07/02/rafael-hernando-lhomme-que-nous-ne-devrions-pas-etre/

Read more

Rafael Hernando : l’homme que nous ne devrions pas être

À chaque fois que dans des journées de débats surgit l’interrogation « que signifient les “nouvelles masculinités” ? » — un terme que je rejette car il est de ceux qui ne dépassent pas le politiquement correct et qui, dans ce cas précis, fait même le jeu du patriarcat —, il m’est très difficile de préciser en quoi consiste le fait d’être un homme « nouveau ». Il est en revanche beaucoup plus facile, comme dans tant d’autres débats complexes, de spécifier ce qui en tous cas ne devrait pas faire partie d’une nouvelle compréhension de la virilité, enfin délestée des fardeaux machistes et disposée à emprunter des voies qui permettront d’atteindre l’égalité entre les femmes et les hommes. Dans ce sens, il est très didactique d’utiliser des référents de la vie publique pour signaler ce que justement ne devrait pas être un homme du XXIe siècle. Ce territoire, celui de la vie publique, est encore aujourd’hui presque entièrement peuplé d’individus qui portent confortablement le costume de la « masculinité hégémonique » et qui, logiquement, sont ravis d’être la partie privilégiée du contrat entre femmes et hommes.
On peut extraire deux conséquences positives du débat qui a eu lieu au Congrès des députés il y a quelques jours dans le cadre de la motion de censure présentée par Unidos Podemos contre le gouvernement de Mariano Rajoy (Parti Populaire — PP). La première, c’est de confirmer à quel point le Parlement a besoin de voix catégoriquement féministes comme celle d’Irene Montero (1). La seconde, c’est le magnifique exemple qu’une fois de plus nous a offert le porte-parole du groupe parlementaire du PP, Rafael Hernando, à propos du type de mâle qui ne devrait pas appartenir à la vie publique et qu’aucun jeune ne devrait essayer d’imiter. Comme c’est habituel chez lui, et comme je suppose que c’est ce qu’attend le public qui l’applaudit et partage son insolence misogyne, Hernando a démontré un des axes essentiels de la subjectivité masculine dominante. Il s’agit du mépris des femmes, de la négation de leur individualité et de leur autorité, ainsi que la nécessité de les rabaisser pour que nous puissions, en tant qu’hommes, nous voir deux fois plus grands que notre taille naturelle, comportement que Virginia Woolf avait déjà dévoilé avec son illustre lucidité. Et j’imagine qu’elle ne fait pas partie des livres de chevet d’Hernando et de sa fratrie d’égaux.
Les commentaires du porte-parole du PP (2) — et ne parlons pas des justifications postérieures faites par lui-même et quelques membres (hommes et femmes) de son parti — mettent en relief un des plus grands obstacles que les femmes doivent encore surmonter pour exercer leur statut de citoyennes dans les mêmes conditions que les hommes. Je fais référence non seulement à comment nous, les hommes, continuons pratiquement à monopoliser les tribunes, mais aussi à comment, depuis ces mêmes espaces, où nous agissons en tant que représentants de toutes et de tous, nous avons l’habitude de dévaluer les contributions de nos camarades femmes. Nous nions leur valeur et nous contribuons finalement à perpétuer l’idée que les femmes sont uniquement des êtres qui vivent par et pour les autres, et que donc si elles sont en politique, c’est qu’il y a des hommes qui le permettent et qu’elles doivent toujours, bien entendu, rester dans une position subalterne. De cette façon, et alors que pour les hommes les liens affectifs ou sexuels n’ont jamais été un argument qui sape notre autorité — au contraire, ça peut même être un facteur supplémentaire de reconnaissance entre égaux —, pour les femmes leurs relations personnelles et familiales jouent en leur défaveur et elles sont brandies par l’adversaire comme argument de poids pour discréditer leur action politique.
Rafael Hernando, non seulement à cause du fond mais aussi à cause de la forme de ses propos, est le meilleur exemple d’un modèle de virilité que nous devrions dépasser si nous voulons effectivement construire une société où le système sexe/genre cesse d’établir des hiérarchies entre nous et elles. Il nous faut changer si nous désirons réellement que les valeurs éthiques qui imprègnent notre démocratie aient à voir, comme le féminisme nous l’apprend, avec la reconnaissance de notre fragilité et donc de notre interdépendance, avec la nécessité d’établir des ponts entre personnes différentes, et avec l’acceptation du fait que la vie publique et la vie privée ne sont pas opposées mais plutôt nécessairement complémentaires. Il nous faut un modèle pluriel de virilité qui abandonne l’omnipotence de celui qui se sait être un sujet privilégié, un modèle qui puisse reconnaître les femmes comme la moitié égale sans laquelle le pacte démocratique ne mérite pas ce nom. Cela passe nécessairement par le rejet de notre situation de confort, par le dépassement de l’idée que nos désirs peuvent se convertir en droits, et par la reconnaissance de l’autorité égale de nos camarades femmes qui doivent encore justifier leurs mérites deux fois plus que les hommes, et qui se voient habituellement refuser la considération et la compétence qu’avec tant de facilité on applaudit chez des mâles souvent médiocres.
De qué sirven vuestros minutos de silencio contra al violencia d género si luego en la tribuna os comportáis como unos machistas?#asco
— Leticia Dolera (@LeticiaDolera) 14 juin 2017
(Traduction : À quoi servent vos minutes de silence contre la violence de genre si après à la tribune vous agissez comme des machistes ? #dégoût)
En résonance avec le tweet pertinent que mon admirée Leticia Dolera a fait circuler après avoir écouté Hernando, s’il y a bien quelque chose que nous a démontré l’infructueuse motion de censure de Podemos, c’est que l’Espagne n’a pas tant besoin d’un pacte contre la violence de genre (3) que d’un pacte contre le machisme. Cela passe nécessairement par la perte d’influence dans la vie publique de ceux qui n’ont pas l’air disposés à quitter la tribune de leur virilité, et aussi par un militantisme actif de notre part, les sujets privilégiés, pour renoncer à nos bénéfices et dénoncer férocement tous les comportements et attitudes qui nous marquent comme des mâles habitués à l’exercice de la violence. Une violence qui se traduit non seulement par ce que nous identifions habituellement strictement comme violence de genre, selon la Loi Intégrale contre la violence de genre, mais qui se manifeste aussi dans nos multiples formes d’humiliation et de mépris des femmes.

Octavio Salazar Benítez est un proféministe espagnol, professeur de Droit constitutionnel à l’Université de Cordoue. Vous pouvez consulter son blog ici : http://lashoras-octavio.blogspot.com.es/
Traduction : TRADFEM
(1) NdT : Irene Montero est députée de Podemos et porte-parole du groupe parlementaire Unidos Podemos. C’est également la compagne de Pablo Iglesias, secrétaire général de Podemos et député du même parti.
(2) NdT : Pendant la deuxième journée de débats sur la motion de censure, Hernando, s’adressant à Iglesias, a dit la phrase suivante : « Il y en a qui disent que (hier dans le débat) madame Montero a été meilleure que vous, mais moi je ne vais pas dire ça parce que sinon, je ne sais pas quel impact ça va avoir sur votre relation. » Suite à cette déclaration, de nombreux députés du groupe Unidos Podemos ont exprimé leur indignation face à ce commentaire machiste. Hernando a fini par s’excuser — en ne s’adressant qu’à Iglesias alors que Montero était aussi présente — de la manière suivante : « Si vous êtes fâché et vous sentez offensé à cause de mes paroles, je vous demande pardon. Moi je parlais d’une relation simplement politique. J’ai beaucoup d’estime pour votre porte-parole. Je crois que c’est une bonne porte-parole et je crois qu’elle a encore beaucoup de choses à faire dans cette Chambre. »
(3) NdT : Le pacte contre la violence de genre a été concrétisé par l’adoption de la « Loi Intégrale contre la violence de genre », votée fin 2004 en Espagne. Le texte de loi est disponible ici : http://noticias.juridicas.com/base_datos/Admin/lo1-2004.tp.html.

PUBLICADO EN TRADFEM:
https://tradfem.wordpress.com/2017/07/02/rafael-hernando-lhomme-que-nous-ne-devrions-pas-etre/

Read more

Ser una madre multifacética afecta tu inteligencia

Para las mamás pulpo, la multitarea es prácticamente un estilo de vida: vestir a los niños mientras escucha las noticias, chequear mails en el desayuno, terminar un reporte mientras el almuerzo está en el horno y revisar la tarea de los niños al mismo tiempo que se seca el pelo, pero ¿es posible realizar todas estas tareas con el mismo nivel de eficiencia?

Muchas mamás se consideran especialistas en el arte de la multitarea y sienten un profundo orgullo al poder hacer todo y al mismo tiempo, pero lo cierto es que no solo más tareas equivale a menos productividad, sino que la multitarea es un abuso al intelecto. Continuar leyendo

Nota publicada originalmente en BabyCenter en español el 27 de junio de 2017: https://espanol.babycenter.com/blog/mamas/ser-una-mama-pulpo-disminuye-tu-intelecto/

Read more

Ser una madre multifacética afecta tu inteligencia

Para las mamás pulpo, la multitarea es prácticamente un estilo de vida: vestir a los niños mientras escucha las noticias, chequear mails en el desayuno, terminar un reporte mientras el almuerzo está en el horno y revisar la tarea de los niños al mismo tiempo que se seca el pelo, pero ¿es posible realizar todas estas tareas con el mismo nivel de eficiencia?

Muchas mamás se consideran especialistas en el arte de la multitarea y sienten un profundo orgullo al poder hacer todo y al mismo tiempo, pero lo cierto es que no solo más tareas equivale a menos productividad, sino que la multitarea es un abuso al intelecto. Continuar leyendo

Nota publicada originalmente en BabyCenter en español el 27 de junio de 2017: https://espanol.babycenter.com/blog/mamas/ser-una-mama-pulpo-disminuye-tu-intelecto/

Read more

Y los ganadores son….

El tiempo ha pasado muy rápido y el sorteo que preparó cangrejito para celebrar el 1º aniversario de su canal de YOUTUBE, llegó y el sorteo se realizó, y hoy te cuento el resultado…

Espero que esta entrada sea el punto de inflexión en mis publicaciones y vuelva a ellas, porque la semana pasada, entre que tengo los dos en casa, el martes cangerjín con un virus vomitando, el jueves cangrejito y el fin de semana mamacangreja y yo, no he podido contaros nada.

Pero vamos a lo que toca que son los ganadores del sorteo de cangerjito. Los ganadores son:

1. LOTE 1: Angel Trilles
2. LOTE 2: Menix13
3. LOTE 3: Ana María Rivas


Si a lo largo de esta semana alguno de los ganadores no da señales de vida, su lote se volverá a sortear, así que si participaste y no has ganado igual tienes suerte.

Muchas gracias a todos los que habéis participado, seguro que habrá más sorteos, más vídeos, más de todo.


Read more

Y los ganadores son….

El tiempo ha pasado muy rápido y el sorteo que preparó cangrejito para celebrar el 1º aniversario de su canal de YOUTUBE, llegó y el sorteo se realizó, y hoy te cuento el resultado…

Espero que esta entrada sea el punto de inflexión en mis publicaciones y vuelva a ellas, porque la semana pasada, entre que tengo los dos en casa, el martes cangerjín con un virus vomitando, el jueves cangrejito y el fin de semana mamacangreja y yo, no he podido contaros nada.

Pero vamos a lo que toca que son los ganadores del sorteo de cangerjito. Los ganadores son:

1. LOTE 1: Angel Trilles
2. LOTE 2: Menix13
3. LOTE 3: Ana María Rivas


Si a lo largo de esta semana alguno de los ganadores no da señales de vida, su lote se volverá a sortear, así que si participaste y no has ganado igual tienes suerte.

Muchas gracias a todos los que habéis participado, seguro que habrá más sorteos, más vídeos, más de todo.


Read more

Lo del apego

No tengo muy claro qué es el apego. Ni el desapego tampoco. Digo esto para empezar por el principio, y para que nadie se lleve a engaño conmigo. Soy un inepto.

Leia me lleva a darnos un baño. La Academia Jedi de verano en Punta Umbría.La situación es casi la de un lunes cualquiera. Bueno, no uno cualquiera, el primer lunes de julio, el primer lunes de playa, aunque tenga aún que partirme el día para ir a trabajar por la tarde. Bajamos por el camino de arena con cuatro niños de entre cinco y seis años y una bebé de pocos meses. Y nos encontramos en la orilla con otros tres o cuatro pequeños con los que jugar en la arena o en el agua. Ya por las tablas que llevan hasta la zona de sombrillas Leia me tira de la mano y me dice, me exige, que me bañe con ella. Ya.

El agua está todavía helada, pero donde hay patrona… Al rato es su hermano el que me reclama. Luke lleva un buen rato metiéndose al agua por su cuenta, pero no se lanza del todo. Hasta que me ve y ya no se separa de mí. Más de media hora peleándonos con las olas y riendo en equipo. Salimos contentos, cansados y temblando de frío. Leia y el resto de niños están levantando y destruyendo castillos, pateando una pelota, tirándose arena y salpicándose. Pero nosotros nos acurrucamos con las toallas, él sobre mis rodillas como cuando era un bebé. Reímos, jugamos, incluso cantamos. No hay forma de que se una al juego de los demás, porque quiere quedarse conmigo.

Se acaba la mañana y seguimos juntos bajo la sombrilla. Ya tengo que volverme a comer para irme a trabajar. Y Luke prefiere venirse conmigo en vez que quedarse con los demás en la playa. Cuando salgo ya están todos en casa, y al último que le doy un beso antes de marcharme es a él. Me queda una hora de carretera, pero me llevo un pensamiento dando vueltas en la cabeza: esto debe ser lo del apego.

La rutina de estos días se parece bastante a la de años anteriores. Entre la Academia Jedi de verano y mi trabajo hay unos 100 kilómetros, pero hasta que no lleguen mis días de vacaciones no queda más remedio, y seguiré haciendo las idas y vueltas que haga falta. Lo que sea por estas mañanas. Así discurrió, más o menos, la primera de este año en la playa. El verano promete.

¡Que la Fuerza os acompañe!
Síguenos en Facebook

Suscríbete por correo electrónico.

Read more

Lo del apego

No tengo muy claro qué es el apego. Ni el desapego tampoco. Digo esto para empezar por el principio, y para que nadie se lleve a engaño conmigo. Soy un inepto.

Leia me lleva a darnos un baño. La Academia Jedi de verano en Punta Umbría.La situación es casi la de un lunes cualquiera. Bueno, no uno cualquiera, el primer lunes de julio, el primer lunes de playa, aunque tenga aún que partirme el día para ir a trabajar por la tarde. Bajamos por el camino de arena con cuatro niños de entre cinco y seis años y una bebé de pocos meses. Y nos encontramos en la orilla con otros tres o cuatro pequeños con los que jugar en la arena o en el agua. Ya por las tablas que llevan hasta la zona de sombrillas Leia me tira de la mano y me dice, me exige, que me bañe con ella. Ya.

El agua está todavía helada, pero donde hay patrona… Al rato es su hermano el que me reclama. Luke lleva un buen rato metiéndose al agua por su cuenta, pero no se lanza del todo. Hasta que me ve y ya no se separa de mí. Más de media hora peleándonos con las olas y riendo en equipo. Salimos contentos, cansados y temblando de frío. Leia y el resto de niños están levantando y destruyendo castillos, pateando una pelota, tirándose arena y salpicándose. Pero nosotros nos acurrucamos con las toallas, él sobre mis rodillas como cuando era un bebé. Reímos, jugamos, incluso cantamos. No hay forma de que se una al juego de los demás, porque quiere quedarse conmigo.

Se acaba la mañana y seguimos juntos bajo la sombrilla. Ya tengo que volverme a comer para irme a trabajar. Y Luke prefiere venirse conmigo en vez que quedarse con los demás en la playa. Cuando salgo ya están todos en casa, y al último que le doy un beso antes de marcharme es a él. Me queda una hora de carretera, pero me llevo un pensamiento dando vueltas en la cabeza: esto debe ser lo del apego.

La rutina de estos días se parece bastante a la de años anteriores. Entre la Academia Jedi de verano y mi trabajo hay unos 100 kilómetros, pero hasta que no lleguen mis días de vacaciones no queda más remedio, y seguiré haciendo las idas y vueltas que haga falta. Lo que sea por estas mañanas. Así discurrió, más o menos, la primera de este año en la playa. El verano promete.

¡Que la Fuerza os acompañe!
Síguenos en Facebook

Suscríbete por correo electrónico.

Read more

Es lunes y recuerdo que…

Es lunes, mientras escribo esto, recuerdo que ayer jugaba con mi hija, nos reíamos a carcajadas ambos. Bailábamos alrededor de un tractor de juguete, el mismo que ella pedía hace un tiempo que le compren. Este tractor, entre sus gracias, hace sonar una canción muy movediza y pegajosa al que ella, desde que la escuchó comenzó a bailar sin parar y no dejaba de apretar el botón que daba ese sonido. Hasta que sucedió algo que sabía que iba a pasar: “papá baila” y me jalaba de las manos para pararme

Read more